Ouvert sur le monde, Lucas Dubois, ce  jeune designer graphique est passé par des cheval en 2014. Depuis, il a continué ses études au Canada, en Islande et aujourd’hui au Pays-bas.

Tu as fait ton stage à des cheval, il y a deux ans, où en es-tu aujourd’hui ?
A l’époque, j’étais étudiant à L’Ecole de Communication Visuelle de Paris, en deuxième année, depuis j’ai fait un Erasmus à l’étranger, ce qui m’a donné envie de repartir et de voir ce que le graphisme d’ailleurs pouvait m’apporter. Et donc me voilà aujourd’hui à la Design academy d’Eindhoven en master d’information design. J’avoue que de beaucoup bouger m’a aussi permit de rencontrer des gens très différents et donc de lancer différents projets en parallèle des études.

Avec le recul que t’a apporté ce stage ?
C’est franchement un moment plutôt stressant en deuxième année, enfin la recherche, savoir où tu veux aller, et surtout où tu seras pris, mais c’est surtout une grande expérience. Chez des cheval ça m’a permis de découvrir énormément de choses que je ne pouvais pas découvrir à l’école : connaître le système professionnel, le contact client, rencontrer d’autres métiers en lien avec le graphisme (Fedrigoni) . C’est aussi intégrer une super équipe, avec des projets motivants, engagés, et qui ne sont pas juste là pour le travail mais pour partager quelque chose, j’avoue que j’en suis sortis en ayant appris plus qu’en un an à l’école, surement une manière différente d’apprendre qui pour moi me correspond plus. J’ai besoin de faire, être baigné dedans, et c’est vrai qu’à l’école, il y a toujours cette mise à l’écart avec la réalité qui est parfois trop importante. Et le plus avec des cheval, c’est le lien avec l’équipe qui a continué depuis la fin de stage, et franchement c’est toujours un grand plaisir de revenir les voir.

Tu es parti quelques mois en Islande pour tes études. Quelle différence avec la France ?
Alors oui,  six mois d’erasmus en Islande, c’est aussi un grand changement, beaucoup de rencontres puisque ce pays est pile entre l’Europe et les USA, les élèves et les intervenants étaient vraiment tous très différents avec une motivation énorme, je sais pas, ça m’a énormément donné envie de continuer et de collaborer avec des gens de différents horizons. La culture est du coup très différente, leur folklore qui est très important, et néanmoins une ouverture d’esprit immense. En plus pour le coup, j’étais vraiment un des plus jeune, en troisième année là-bas, la moyenne d’âge est de 25 ans, les jeunes ne commencent pas les études supérieures directement après leur équivalent du lycée, mais vont plutôt travailler ou voyager pendant deux ou trois ans minimum, ce qui donne une maturité assez intimidante et vraiment enrichissante. Et du coup les étudiants sont vraiment libres de développer à fond les projets, quitte a sortir des consignes, du moment que cela est justifié. Et pour les projets personnels, les profs et responsables de workshop sont vraiment là pour conseiller, et te laisse faire toi même ton projet, ce qui m’a pas mal apporté, en terme de fabrication et de de possibilités. le graphisme a prit une dimension plus 3D pour moi, le print n’était plus la seul réponse à un projet, mais l’utilisation des murs, construire des structures pour mettre en valeur un projet de poster par exemple. Evénement assez amusant aussi, les corrections des projets se font toujours sous forme d’une exposition ouverte au publique, donc des gens de partout, pas du tout en lien avec le design, pouvaient faire apparition et juger le travail. C’était assez étrange au départ, vraiment pas habitué à voir ça en France mais en fait c’était génial, après tout le graphisme n’est pas juste un égotrip de créations.

Quelles sont les studios graphiques qui t’influencent ?
Ah question assez compliquée, j’essais d’être assez au courant de tout ce qui se passe au quotidien du design en général et de l’art donc je suis pas mal de choses en même temps : étapes, soon soon, RAN, coolhunting, Artisan, etc. pas mal de sites d’actualité dans nos domaines, mais aussi beaucoup de sports de glisse vu que cela fait une grande partie de mon inspiration. Je pense que se cloisonner seulement au design proprement parlé c’est se perdre; notre travail consiste à mettre en images l’information en général. Donc je suis aussi beaucoup les actualités, pas forcément les grands médias, mais ce qui se passe dans le monde, mais aussi localement, les choses qui bougent autour de nous et qu’on ne voit pas forcément au final.
Après pour parler d’inspiration graphique pur, j’ai toujours été assez partagé entres des créations très « suisse », strictes et épurées, mais aussi par des gens qui font intervenir un aspect plus humain et plus spontané et pourtant si contrôlé comme Ed fella ou David Carson. Donc pour la petite liste je dirais à chaud, Batory, expérimental jetset, letra, Helmo, Maximage, Bureau Mirko Borsche, Hort, Ostengruppe, Paula Scher, Cyan, … et tellement d’autres. Des grands et des moins connus, j’avoue que cette liste est infime comparé à ma pile de livres et de recherches faites.

Tu as toujours le temps de surfer ?
C’est vrai que les choix dans les études m’a un peu éloigné de ma passion pour le surf, mais à chaque temps libre c’est d’organiser un prochain surf trip, j’ai déjà longé la côte Ouest bien des fois avec des amis, les plantes sur le toit et les tentes dans le coffre, ce qui t’emmène aussi à rencontrer énormément de monde, et à toujours trouver un bout de canapé en cas de tempête violente (Haha). Et maintenant au Pays-bas, je me suis aussi trouvé une équipe de bon gars motivés pour aller se tremper dans La Manche quand la houle s’invite à la fête. Donc non le surf n’a définitivement pas disparu de ma vie, et ça ne risque pas !

Que peux-t-on te souhaiter pour 2017 ?
Je dirais, des rencontres et des collaborations. Je n’ai jamais autant appris que depuis que je voyage comme ça, et sincèrement je le souhaite à tout le monde. Après c’est sûr, certains préféreront rester derrière un bureau. Personnellement j’ai besoin de bouger, prendre l’air, surfer. Et je remercie encore des cheval de m’avoir tant appris, et leur souhaite de continuer dans cette énergie encore bien longtemps ! Bye les cheval.

www.lucasdubois.fr