Début 2016, des cheval accompagnait Ephèbe (Axel Nadeau), pour la réalisation du shooting de la pochette de disque. Retour sur Ephèbe avec des titres remixés par ses amis musiciens.

Peux-tu nous parler de ton projet Ephèbe ?

Je sais pas trop quoi répondre si on entre dans la description du style, de l’univers. Je préfère que chacun s’en fasse une idée après écoute, c’est pas une bonne chose d’orienter l’opinion des autres avec notre propre idée de ce que l’on fait. A la base Ephèbe est un truc solo, mais j’aime et j’ai besoin d’être accompagné par d’autres personnes. Sur scène on est 3 potes, parfois je suis tout seul pour les petites formules genre clubs. J’ai sorti deux clips jusqu’à aujourd’hui et un EP.

Tu as sorti il y a quelques mois un premier EP avec Ephèbe, et aujourd’hui sort un album de remixs du titre Mambo. Comment ça c’est présenté ?

J’avais envie de faire quelque chose autour de ce morceau. Je voulais tourner un clip mais avec le recul je ne trouvais pas mon idée pertinente. J’ai demandé à quelques potes sur Tours si ils étaient chauds pour faire des remixs. Ca me paraissait intéressant dans le sens où je connaissais pas mal de gens sur Tours qui font de la bonne musique et qui n’avaient rien sorti, donc qui étaient encore invisibles. C’était l’occasion de montrer un peu les talents de mes potes. Certains avaient déjà lancé l’idée auparavant car ils kiffaient bien le morceau. Je pensais qu’on serait 4 au début mais finalement on est arrivé à un album de 9 titres dont 8 remixs ou covers. Il y a même un mec de Miami qui s’est incrusté au projet. On est parti sur un concept assez marrant de destruction du morceau au fur et à mesure de l’album. C’est un album bordélique, qui part dans tous les sens, avec un peu tous les styles, toutes les sensibilités. Je trouve ça cool que autant de personnes différentes aient bossé dessus.

 

Tu as fait une tournée aux USA cet été, quel est le moment le plus marquant ?

C’est chaud de sélectionner un seul moment. Je dirais que le meilleur concert était au Short Stop à Los Angeles, soirée gay dans un club hétéro avec un peu toutes les populations et un feeling hyper libre. Sinon c’est des souvenirs qui n’ont rien à voir avec la musique. Par exemple le squat en secret de l’appart d’un vieux riche handicapé à Manhattan alors que le mec était dedans ou encore me faire plaquer contre un capot par des flics à Miami.

D’autres morceaux sont en préparation ?

Je fais régulièrement de nouveaux morceaux même si j’en jette la moitié. Les nouveaux arriveront avec le nouveau disque.

Que prévois-tu pour 2017 ?

Des concerts solos et en groupe, une petite tournée en solo vers mars/avril, plusieurs nouveaux clips et surtout un nouveau disque. Je suis hyper excité par ce disque. Il y aura des collaborations et l’univers devrait s’élargir un peu, vers des trucs que je n’avais pas fait dans le premier disque.